Opéra

Le Couronnement de Poppée de Monteverdi

Ted Huffman (mise en scène), Leonardo García Alarcón (direction) — Elsa Benoit (Poppée), Jake Arditti (Néron) ...

En direct
Certaines parties de ce programme sont actuellement inaccessibles
Casting Programme Œuvres et compositeurs Apparaît dans Plus d'infos

Casting

Ted Huffman — Mise en scène

Johannes Schütz — Scénographie

Anna Wörl — Scénographie

Astrid Klein — Costumes

Bertrand Couderc — Création lumières

Pim Veulings — Direction d'acteur

Antonio Cuenca Ruiz — Dramaturgie

Maud Morillon — Assistante à la mise en scène

Elsa Benoit — Poppée

Jake Arditti — Néron

Ambroisine Bré — Octavie, la Vertu

Iestyn Davies — Othon

Alex Rosen — Sénèque

Stuart Jackson — Arnalta, la Nourrice, Familier 1

Maya Kherani — La Fortune, Drusilla

Julie Roset — L’Amour, le Valet

Laurence Kilsby — Lucain, Soldat 1, Familier 2

Programme

Des murmures entre les colonnes de porphyre, des dagues dans les plis des toges, du marbre ensanglanté… Quel meilleur endroit que l’Opéra Royal de Versailles pour mettre en scène Le Couronnement de Poppée de Monteverdi ?

Sous la direction musicale flamboyante de Leonardo García Alarcón et dans une mise en scène de Ted Huffman, ce drame historique, composé sur un livret de Busenello, refait surface avec une pertinence explosive. La trame voit l’astucieuse Poppée, maîtresse de l’empereur Néron, grimper l’échelle sociale jusqu’à devenir son épouse. Ses ennemis ? Passés au fil de l’épée ! Tel sera le destin de Sénèque (incarné dans toute sa dimension tragique par Alex Rosen), philosophe stoïque et précepteur de Néron, qui choisira la mort plutôt qu’une vie passée sous le joug d’un pouvoir ennemi. Si l’œuvre semble faire l’éloge de l’immoralité, il faut admettre que la Poppée de Monteverdi, à la différence du personnage historique présenté dans les Annales de Tacite, est une personnalité nuancée, également capable d’un grand amour. L’interprétation raffinée d’Elsa Benoit, qui met en évidence l’esprit perturbateur de l’héroïne, aide à saisir ces subtilités.
La nuance et l’exposition des paradoxes de l’être humain sont donc au cœur de ce chef-d’œuvre de Monteverdi, et le ton est donné dès le prologue allégorique de la pièce : ce n’est ni Vertu, ni Fortune qui conduit l’histoire des hommes. C’est à Amour que revient cette suprématie, et Le Couronnement de Poppée en témoigne !

Photo : © Ian Rice

En détail : œuvres et compositeurs

Apparaît dans

Plus d'info