Concert

Claudio Abbado dirige la Symphonie n°7 de Beethoven

Berliner Philharmoniker

En direct
Certaines parties de ce programme sont actuellement inaccessibles
Casting Programme Œuvres et compositeurs Apparaît dans Plus d'infos

Casting

Programme

Abbado et l'Orchestre Philharmonique de Berlin dans l'intégrale des symphonies de Beethoven: au tour de la Septième…

Sous le signe de Dionysos ou la Septième Symphonie

La Symphonie n°7 en la majeur, op.92 est présentée au public le 8 décembre 1813 à l'Université de Vienne sous la direction du compositeur. Bien accueillie, l'œuvre connaîtra une destinée fabuleuse et un succès jamais démenti. Sans intention particulière, contrairement à la Pastorale qui la précède de quatre années particulièrement fécondes, ni sous-entendu biographique, la Septième est pure beauté. D'inspiration dionysiaque, elle est la plus rythmique de toutes les symphonies de Beethoven, ce qui lui donne un petit avant-goût du Sacre du printemps de Stravinsky.

« Avec Beethoven, on n'a jamais fini d'apprendre »

C'est ce qu'affirme Claudio Abbado qui a sans cesse remis sur le métier l'œuvre symphonique du maître de Bonn (1770-1827). Même s'il a été directeur de la Scala pendant plus de quinze ans, ce qui lui a valu la renommée d'un chef d'opéra hors pair, le répertoire allemand et viennois lui est familier depuis ses études auprès de Hans Swarowsky à Vienne.

Il fait ses premières armes de chef à la Scala à vingt-sept ans, à l'occasion du tricentenaire d'Alessandro Scarlatti. Puis, c'est le Premier Prix au Concours Mitropoulos à New York, l'invitation de Karajan à diriger à Salzbourg et ses débuts devant l'Orchestre Philharmonique de Vienne avec la Deuxième Symphonie de Mahler. C'est avec ce même orchestre qu'il enregistrera de 1985 à 1988 sa première intégrale des symphonies de Beethoven.

Ses relations avec la formation viennoise connaissent des hauts et des bas, contrairement à celles qu'il noue avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin en 1966. Trente ans plus tard, en 1989, il prendra la succession de Karajan à la tête de la prestigieuse phalange, poste qu'il conservera jusqu'en 2002. Avec les musiciens berlinois, il enregistre pour la seconde fois l'intégrale des symphonies de Beethoven (Deutsche Grammophon, 2000) puis la donne en concert à l'Académie Sainte Cécile de Rome du 5 janvier au 15 février 2001. C'est cette série mémorable que nous retrouvons ici.

Ce monument auquel est tant attaché Claudio Abbado, Beethoven l'a bâti en moins d'un quart de siècle, de 1799 à 1823 : il écrit la Première symphonie à trente ans, la Neuvième à cinquante-quatre.

Si ce monument est imposant, il est familier : les symphonies de Beethoven représentent dans la musique occidentale ce qui parle le plus immédiatement au public le plus large. Pour cette raison, elles ont été largement utilisées à des fins politiques (l'Ode à la joie de la Neuvième est l'hymne officiel européen), commerciales (la publicité) ou cinématographiques (Orange mécanique de Stanley Kubrick, entre autres).

Symboles de liberté, actes d'indépendance, elles représentent un formidable pari sur la dignité de l'homme, qui, en retour, se reconnaît en chacune d'elles. C'est ainsi qu'Abbado dirige ces symphonies, avec une majesté qui préfère le sublime à l'émotion immédiate. Et grâce aux sonorités inouïes qu'il tire de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, la beauté devient une victoire de l'homme.

En détail : œuvres et compositeurs

Apparaît dans

Plus d'info