Opéra

L'Amour des trois oranges de Prokofiev

Philippe Calvario (mise en scène), Tugan Sokhiev (direction)

En direct
Certaines parties de ce programme sont actuellement inaccessibles
Casting Programme Œuvres et compositeurs Apparaît dans Plus d'infos

Casting

Philippe Calvario — Mise en scène

Jean-Marc Stehlé — Décors

Aurore Popineau — Costumes

Bertrand Couderc — Création lumières

Alexeï Tannovistski — Le Roi de Trèfle

Andrei Ilyushnikov — Le Prince

Nadezhda Serdjuk — La Princesse Clarice

Edward Tsanga — Leandro

Kirill Dusheschkin — Truffaldino

Vladislav Sulimsky — Pantalone

Pavel Schmulevich — Le magicien Tchelio

Ekaterina Shimanovitch — Fata Morgana

Sophie Tellier — Linette

Natalia Yevstafieva — Nicoletta

Julia Smorodina — Ninetta

Yury Vorobiev — La Cuisinière

Alexander Gerasimov — Farfarello

Programme

Une production fantastique de L'Amour des trois oranges de Prokofiev, dirigée par Tugan Sokhiev et dans une mise en scène de Philippe Calvario, lors du Festival International d'Art Lyrique d'Aix-en-Provence en 2004.

À la suite de sa tournée aux États-Unis en 1918, Prokofiev reçoit de la part du directeur de la Chicago Opera Association, Cleofonte Campanini, une commande pour un opéra. Le fruit de cette commande est L'Amour des trois oranges, un opéra satirique inspiré d'une pièce du même nom de Carlo Gozzi publiée en 1761. C'est grâce au metteur en scène d'avant-garde Vsevolod Meyerhold que Prokofiev découvre l'œuvre de l'écrivain italien. Inspiré par cette pièce où se mêlent plusieurs intrigues, où apparaissent des personnages féeriques et des personnages de la Commedia dell'arte, Prokofiev compose une musique énergique et rédige lui-même le livret en russe. La première a lieu le 30 décembre 1921 à l'Opéra lyrique de Chicago, dans une version française.

Avec cette production de L'Amour des trois oranges au Festival International d'Art Lyrique d'Aix-en-Provence en 2004, Philippe Calvario fit ses débuts en tant que metteur en scène. Comme cet enregistrement le prouve, le décor, les costumes, le jeu des acteurs – et notamment celui d'Andrei Iliouchnikov, rendent à merveille l'atmosphère burlesque de cet opéra. À la direction musicale, on retrouve l'ancien élève de Valery Gergiev, le jeune Tugan Sokhiev alors âgé de 26 ans.

Argument :

Le bouffon Truffaldino est chargé par le Roi de Trèfle de guérir par le rire son fils le prince, un homme rendu malheureux par une lecture excessive d'œuvres tragiques. Mais cette tâche est difficile, d'autant plus que Clarice, la nièce du roi, Léandre, l'amant de celle-ci, et la sorcière Fata Morgana cherchent à se débarrasser du prince pour prendre sa place dès son décès. Le prince finit toutefois par s'amuser en voyant la sorcière trébucher et s'affaler par terre. Furieuse, la sorcière décide de se venger en jetant un sort au prince : celui-ci tombe dès lors amoureux de trois oranges, gardées par une horrible cuisinière. Avec l'aide de Truffaldino et de quelques objets magiques, le prince parvient à conquérir le cœur de ces trois oranges transformées en trois belles princesses. Deux d'entre elles meurent, mais une survit, et finit par épouser le prince.

© Photo : Elizabeth Carecchio

En détail : œuvres et compositeurs

Apparaît dans

Plus d'info