compositeur

Sergei Rachmaninov

April 1, 1873 - Oneg (Russie) — March 28, 1943 - Beverly Hills (USA)

© Kubey Rembrandt (1921)

Rachmaninov, le dernier romantique, a conquis le cœur des foules avec son deuxième Concerto pour piano (1901). Pianiste remarquable, il reçoit une solide formation musicale au conservatoire de Moscou auprès de Siloti (piano) et de Taneïev (composition). Passionné par le romantisme, encouragé par Tchaïkovski, les premières compositions de Rachmaninov sont principalement tournées vers la littérature pianistique, tel Chopin ou Schumann qu’il joue à la perfection.

Si ses débuts musicaux sont flamboyants, l’échec de la création de sa première Symphonie en 1897 le plonge dans une grave dépression. Il lui faudra attendre le début du vingtième siècle pour que sa musique soit reconnue et saluée par les plus grands. Ses tournées en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, où il joue – entres autres – sous la direction de Gustav Mahler, sont triomphales. En 1917, Rachmaninov quitte la Russie pour vivre alternativement entre la Suisse et les Etats-Unis.

Tempérament mélancolique, Rachmaninov laisse une œuvre poétique, brillamment écrite pour piano. Son lyrisme donne des œuvres au souffle épique tel le somptueux poème symphonique L’Ile des morts (1909) à l’incroyable expression morbide. A l’abri de l’agitation de son siècle, ce contemporain de Schoenberg ou Ravel ne semble pas avoir été touché par la modernité. L’œuvre de Rachmaninov plonge dans les racines de la Russie pour laisser des pages bouleversantes au romantisme flamboyant. Ses œuvres chorales, Liturgie de Saint Jean-Chrysostome ou les Vêpres, sont les plus beaux exemples de la profondeur de la culture slave de cet ultime romantique.

Vidéos associées à Sergei Rachmaninov