Logo Rolex

Festival de Salzbourg (À propos du Festival de Salzbourg)

Avec le soutien de

À propos du Festival de Salzbourg

Histoire du Festival de Salzbourg

Le Festival de Salzbourg est inauguré en 1920 avec une représentation en création mondiale de Jedermann, une pièce écrite par Hugo von Hofmannsthal et mise en scène par Max Reinhardt. Le succès du festival est immédiat, supporté par le décorateur Alfred Roller, le compositeur Richard Strauss et le chef d'orchestre Franz Schalk. Mais malgré sa popularité (Stefan Zweig l'a surnommé « Les Jeux Olympiques de l'Art »), le festival souffre bien vite de plusieurs handicaps : une absence de subventions et dès les années 1930 la favorisation de Bayreuth par les dirigeants national-socialistes. Pourtant, des personnalités comme Bruno Walter et Arturo Toscanini, deux illustres antifascistes, persistent. Ils trouvent en Salzbourg un lieu de refuge et dirigent plusieurs concerts au festival jusqu'en 1937.

La guerre porte en revanche un préjudice énorme au festival qui, dès 1946, cherche à redorer son blason en réinvitant notamment des artistes exilés. Les années d'après-guerre sont marquées par la présence au festival de Georg Solti, Rolf Liebermann et surtout Wilhelm Furtwängler qui y dirige de nombreux concerts et opéras jusqu'à sa mort en 1954.

C'est à cette époque que débute l'ère Karajan. Né à Salzbourg en 1908, Herbert von Karajan est nommé directeur artistique du Festival de Salzbourg en 1956. Il reste présent au comité de direction jusqu'à la fin de sa vie en 1989. Tout au long de sa carrière, il n'a eu de cesse de vouloir revenir aux idées fondatrices du festival, mettant Richard Strauss à l'honneur de ses programmations, allant jusqu'à inaugurer la nouvelle Grosses Festspielhaus avec Le Chevalier à la rose (1960). En 1967, Herbert von Karajan a inauguré le Festival de Pâques de Salzbourg.

À la fin des années 1980, Gérard Mortier reprend la direction artistique du festival et proclame le « Nouveau Salzbourg ». Le répertoire est modernisé, accordant plus de place aux compositeurs contemporains. Depuis le départ de Gérard Mortier, le Festival de Salzbourg a été dirigé par Peter Ruzicka puis Jürgen Flimm et enfin, Alexander Pereira.