Logo Rolex

Opéra Royal de Wallonie-Liège (Les bâtiments)

Liège, Belgique

Les bâtiments

Le Théâtre Royal de Liège en quelques dates

Le Théâtre Royal de Liège

1818: En présence de la célèbre comédienne Mademoiselle Mars, on pose la première pierre du septième théâtre de Liège qui sera inauguré deux ans plus tard, le 4 novembre 1820 avec Zémire et Azor de Grétry. Le Théâtre Royal est construit avec des matériaux récupérés de nombreuses églises détruites lors de la révolution de 1789.

1860: Le Conseil Communal approuve le projet de transformations et d'agrandissement du bâtiment. C'est à cette époque qu'on modifie le décor de la salle, qu'on aménage les loges et qu'on installe des fauteuils aux balcons (avant cela, le public assistait au spectacle debout). On élargit l'amphithéâtre et la capacité de la salle passe alors à 1554 places contre 1088 précédemment.

1887: L'éclairage électrique est installé.

1903: Les frères Berchmans, Emile et Oscar, s'attachent à la décoration de la salle du théâtre. Emile peint la toile du plafond et Oscar, le sculpteur, réaliste le lustre.

1930: Le même Oscar Berchmans sculpte un fronton qui est ajouté à la façade.

Entre 1959 et 1976 : Grandes transformations et réarrangement de la salle : le plancher est incliné, les baignoires du rez-de-chaussée sont supprimées, un jeu d'orgue est aménagé sur le plateau et on installe quatre ponts mobiles sous la scène. On place de nouveaux fauteuils à l'amphithéâtre et aux galeries, des portes vitrées aux accès extérieurs, un tapis plain dans les couloirs, quatre ascenseurs, on installe un conditionnement d'air... Enfin, un nouveau jeu d'orgue est installé dans la salle à l'emplacement d'une loge de spectateurs. Après un dernier aménagement dans la salle en 1997, les sièges ont été rénovés et leur nombre passe à 1033.

1999: Certaines parties du Théâtre sont classées.

De 2009 à 2012: L'édifice subit une nouvelle transformation accompagnée d'une restauration complète tant extérieure qu'intérieure. Sa magnifique salle de spectacle (capacité 1041 places), à l'italienne, retrouve son lustre d'antan. La machinerie de scène est parfaitement adaptée aux techniques modernes et en fait un des théâtres les plus modernes au monde. Le bâtiment se voit aussi agrandi, en hauteur, et doté d'une salle dite polyvalente pouvant accueillir tant des spectacles de plus petite forme, que des répétitions ou encore des colloques, des conférences, des stages...

Les ateliers

Depuis sa création en 1967, l'Opéra Royal de Wallonie-Liège a la particularité de vouloir fonctionner en entité indépendante.

C'est pourquoi, les années 70 voient la maison se doter de ses propres ateliers de confection de décors et costumes. Les bâtiments qui abritent les différents corps de métiers sont, à cette époque, répartis à divers endroits de la ville. Ces ateliers sont performants et acquièrent au cours des années une haute qualité de travail que divers metteurs en scène et scénographes se plaisent à souligner.

C'est au cours de la saison 96/97, lors de la réalisation des décors colossaux et des costumes de La Traviata que de nouveaux besoins se font sentir. Si les ateliers veulent rester à la hauteur de leur réputation grandissante, il faut trouver au plus vite une solution au manque de place et de fonctionnalité des locaux existants.

C'est ainsi que l'Opéra Royal de Wallonie-Liège décide de centraliser ses départements de production en un seul site, à Ans, en juin 2002. Ce nouvel ensemble architectural s'étend sur une superficie de 2660m² et groupe alors en un seul lieu les ateliers: décors (menuiserie, ferronnerie, peinture, décoration et accessoires), costumes (couture, chaussure, décoration de costumes) et maquillage-perruquerie.

Grâce à ce regroupement, l'ORW renforce sa position dans le paysage lyrique de son époque et sa capacité à produire et coproduire des spectacles de grande envergure et de qualité.

Le Studio Marcel Désiron

Jusqu'en 2003, l'Orchestre répétait dans la sous-salle du Théâtre Royal, un local inconfortable et exigu. En 2002, le transfert des ateliers de fabrications de décors vers leurs nouvelles installations à Ans a libéré les bâtiments de la rue des Tawes à Liège. L'ancien hall de montage des décors présentait un espace idéal par son volume et par sa dissymétrie, caractéristique intéressante du point de vue acoustique.

Une étude acoustique fut commandée et démontra la faisabilité du projet. Après une répétition de l'orchestre organisée afin de «tester» le hall, l'Opéra Royal de Wallonie-Liège décida d'y aménager une salle de répétition de 240 m², d'une hauteur de 8 m. L'objectif était de réaliser les travaux afin que les musiciens puissent y répéter dès 2003.

C'est ainsi que depuis la saison 2003/2004, toutes les répétitions d'orchestre se déroulent dans cet espace pouvant accueillir près de cent vingt musiciens. Si ce lieu est prioritairement réservé à la musique, il peut être aussi transformé en studio de mise en scène, si nécessaire.