Logo Rolex

Festival d'Aix-en-Provence (À propos)

À propos

Le Festival d'Aix-en-Provence est un festival de musique classique fondé en 1948 par Gabriel Dussurget, dans un contexte d'après-guerre qui voit naître à la même époque le Festival de Cannes (1946) et le Festival d'Avignon (1947). La première édition du Festival d'Aix-en-Provence se tient à la Cour de l'Archevêché, à la Cathédrale Saint-Sauveur et en divers lieux de la ville. Mais dès le début, c'est la Cour de l'Archevêché qui symbolise le mieux festival. C'est là qu'est donné l'unique opéra de la première édition, Cosi fan tutte de Mozart. Les dimensions modestes de l'espace ainsi que le manque de moyens financiers font certes de cette première expérience un événement amateur mais prouvent surtout la capacité artistique et la motivation de ceux qui l'ont conçu. Dès l'année suivante, le festival reprend ses droits à Aix-en-Provence et un Don Giovanni d'anthologie est monté dans des décors de Cassandre, qui a pour l'occasion conçu un véritable théâtre remplaçant à merveille l'édifice rudimentaire mis en place en 1948. Ce Don Giovanni de Mozart est resté gravé dans les mémoires comme le Don Juan aux étoiles dont a parlé François Mauriac dans un article de 1950.

Mozart est à l'honneur des différentes programmations jusqu'au début des années 1970, quand Bernard Lefort prend la suite de Gabriel Dussurget à la direction du Festival d'Aix-en-Provence. Avec lui, le festival se démocratise et s'axe sur le chant – en particulier le bel canto lyrique mais aussi le jazz et les musiques folk et traditionnelle. Un concours de chant voit même le jour : la Cigale d'or récompense tour à tour Elisabeth Schwarzkopf, Gabriel Bacquier, Teresa Berganza... Dans les années 1980, Louis Erlo fait effectuer des travaux pour doter la scène du Théâtre de l'Archevêché de dimensions plus généreuses, afin d'offrir de nouvelles possibilités aux metteurs en scène. Mais ce n'est qu'en 1997 que le théâtre adopte son aspect actuel. Ainsi rénové, il accueille en 1998 un Don Giovanni programmé par le nouveau directeur du festival, Stéphane Lissner, qui confie la production de l'opéra de Mozart à Peter Brook.

Depuis 1998, le Festival d'Aix-en-Provence a accru sa réputation d'excellence sur le plan international. La création de locaux spécifiques destinés à la fabrication et au stockage des costumes et des décors ont permis au festival d'accroître sa productivité mais aussi de favoriser les coproductions. Aujourd'hui, nombre de ses productions tournent dans les plus grandes salles lyriques du monde : le Metropolitan Opera de New York, Covent Garden à Londres, le Teatro Real de Madrid, La Monnaie de Bruxelles, le Théâtre Bolchoï à Moscou, le Teatro alla Scala de Milan... Une Académie Européenne de Musique a également vu le jour cette même année, poursuivant le désir de Gabriel Dussurget de soutenir les jeunes générations de musiciens. Chaque année, le Festival d'Aix-en-Provence aide ainsi de jeunes interprètes, musiciens d'orchestre, compositeurs, dramaturges, metteurs en scène, chorégraphes et autres créateurs à se perfectionner, entourés de pédagogues et de maîtres incontestés dans leurs domaines.

Bernard Foccroulle a succédé à Stéphane Lissner en 2006. En 2007, le festival s'est doté d'une nouvelle salle, le Grand Théâtre de Provence, à la capacité de 1 300 places. Une salle qui offre de nombreuses possibilités de programmation : c'est d'ailleurs une production colossale de La Walkyrie de Wagner qui a inauguré les lieux !