Logo Rolex

Certaines parties ne sont pas accessibles. Merci pour votre compréhension.

opéra Hippolyte et Aricie de Rameau Aletta Collins (mise en scène), Sir Simon Rattle (direction) – Avec Anna Prohaska (Aricie), Magdalena Kožená (Phèdre), Elsa Dreisig (Diane), Reinoud Van Mechelen (Hippolyte)

Aletta Collins (mise en scène), Sir Simon Rattle (direction) – Avec Anna Prohaska (Aricie), Magdalena Kožená (Phèdre), Elsa Dreisig (Diane), Reinoud Van Mechelen (Hippolyte)

Hippolyte et Aricie de Rameau Aletta Collins (mise en scène), Sir Simon Rattle (direction) – Avec Anna Prohaska (Aricie), Magdalena Kožená (Phèdre), Elsa Dreisig (Diane), Reinoud Van Mechelen (Hippolyte)

En quelques mots...

En 1733, Rameau a presque 50 ans et s’est établi comme théoricien de la musique et compositeur. Hippolyte et Aricie est son premier opéra. C’est à partir de cette histoire amoureuse tourmentée – dont on connaît les versions poignantes d’Euripide, Sénèque et Racine – que se joue la fameuse querelle opposant lullistes conservateurs aux « trop italiens » ramistes. Trois cents ans plus tard, le conflit dépassé, un casting stellaire rend justice à l’œuvre maîtresse de Rameau, avec le célèbre Freiburger Barockorchester (Orchestre baroque de Fribourg) sous la baguette de sir Simon Rattle, dans une mise en scène résolument moderne dominée par la vision plastique et le vocabulaire rock (rayons géométriques sculptant l’espace) du désormais renommé Ólafur Eliasson.

Casting

  • Aletta Collins | Chorégraphie, Mise en scène
  • Ólafur Elíasson | Décors, Costumes, Création lumières
  • Olaf Freese | Création lumières
  • Chorus of the State Opera Berlin
  • Martin Wright | Chef de chœur

Programme

  • Jean-Philippe Rameau, Hippolyte et Aricie
    • Ouverture
    • I : « Temple sacré, séjour tranquille »
    • I : « Princesse, quels apprêts me frappent »
    • I : « Hypolyte amoureux m'occupera sans cesse »
    • I : « Je vous affranchirai d'une loi si cruelle ! »
    • I : Marche : « Dans ce paisible séjour »
    • I : « Dieu d'amour, pour nos asiles »
    • I : « Marche...Dieu d'amour »
    • I : « Princesse, ce grand jour par des noeuds éternels »
    • I : « Non, non, un coeur forcé n'est pas digne des dieux »
    • I : « Du moins par d'injustes regueurs »
    • I : Prélude « Dieux vengeurs, lancez le tonnere! »
    • I : Prélude « Ne vous alarmez pas d'un projet téméraire »
    • I : Prélude « Quoi ! La terre et le ciel contre moi »
    • II : « Laisse-moi respirer, implacable Furie ! »
    • II : « Qu'à servir mon courroux tout l'enfer se prépare ! »
    • II : « Dieux ! que d'infortunés gémissent »
    • II : « Ah ! qu'on daigne du moins »
    • II : Prélude: « Neptune vous demande grâce »
    • III : Prélude : « Cruelle mère des amours »
    • III : Marche : « Que ce rivage retentisse »
    • IV : Prélude : « Ah ! faut-il, en un jour »
    • IV : « C'en est donc fait, cruel, rien n'arrête vos pas »
    • IV : « Faisons partout voler nos traits ! »
    • IV : « Quelle plainte en ces lieux m'appelle ? »
    • V : « Où suis-je ? De mes sens j'ai recouvré l'usage »
    • V : « Descendez, brillante immortelle »
    • V : « Peuples toujours soumis à mon obéissance »
    • V : « Bergers, vous allez voir combien »
    • V : « Rossignols amoureux, répondez à nos voix »
    • V : Chaconne

Informations

  • Réalisé par
    • Andreas Morell
  • Lieu : Staatsoper Unter den Linden (Berlin)
  • Année de production : 2018
  • Durée : 2 h 32 min
  • Production : © EuroArts Music International
  • Version(s) disponible(s) : FR
  • Sous-titre(s) disponible(s) : EN, FR, DE
Cette vidéo est réservée à nos abonnés. En quelques clics, vous pouvez être l’un d’entre eux.

Apparaît dans

Vous aimerez également