Opéra

Faust de Gounod

Alejo Pérez (direction), Reinhard von der Thannen (mise en scène) – Avec Piotr Beczala (Faust), Ildar Abdrazakov (Méphistophélès)...

En direct
Certaines parties de ce programme sont actuellement inaccessibles
Avec le soutien de
Casting Programme Plus d'infos

Casting

Reinhard von der Thannen — Mise en scène, décors et costumes

Birgit von der Thannen — Dramaturgie

Franck Evin — Création lumières

Giorgio Madia — Chorégraphe

Piotr Beczała — Faust

Ildar Abdrazakov — Méphistophélès

Maria Agresta — Marguerite

Alexey Markov — Valentin

Tara Erraught — Siébel

Marie-Ange Todorovitch — Marthe

Membres de la Angelika Prokopp Sommerakademie du Vienna Philharmonic

Philharmonia Chor Wien

Walter Zeh — Chef de chœur

Wiener Philharmoniker

Alejo Pérez — Chef d'orchestre

Programme

En 2016, le Festival de Salzbourg présente un chef-d'œuvre de Charles Gounod, son opéra Faust. Metteur en scène de cette création, Reinhard von der Thannen suit l’exemple de grands décorateurs passés à la mise en scène : Jürgen Rose, Pier Luigi Pizzi, Yannis Kokkos. Avec un espace abstrait, des costumes totalement indifférenciés, il efface le pittoresque généralement associé aux mises en scène de Faust au profit de l’abstraction, dans une tradition plus proche du Faust de Goethe que de celui de Gounod. En cœur avec Piotr Beczala dans le rôle-titre, les Wiener Philharmoniker dirigées par Alejo Pérez se laissent emporter par le lyrisme de la partition.

L'histoire du triomphe de cet opéra en cinq actes de Charles Gounod est longue et complexe. D'abord rejeté par l'Opéra de Paris, Faust fait ses débuts au Théâtre Lyrique de Paris en 1859 et dépasse certainement 3000 représentations parisiennes avant la fin du siècle. Au siècle suivant, l'opéra connaît une création allemande, italienne, américaine, russe, polonaise. Bref, grand, moyen ou petit, il n'est pas de théâtre au monde qui ait échappé à Faust !

L'opéra est inspiré de la célèbre pièce de théâtre de Goethe, elle-même tirée d'une légende allemande : celle d'un homme en proie au « mal du siècle », ce fameux sentiment d'insatisfaction qui caractérise la génération du premier 19e siècle. Rongé par son érudition, tourmenté par son impiété, il contracte un pacte avec le diable, incarné par Méphistophélès. Plus romantique, l'opéra de Gounod raconte la rencontre entre Faust et Marguerite. Quand cette dernière tombe enceinte, Faust l'abandonne. Pris de remords, il échappe au diable pour retrouver sa belle. Quand Méphistophélès retrouve le couple, il tente de les emmener avec lui. Marguerite refuse et supplie les anges de venir la sauver. Alors que Faust se met à prier, l'âme de Marguerite s'élève au paradis.

Photo : © Monika Rittershaus

Plus d'info