Ballet

Les Sylphides de Mikhail Fokine, musique by Frédéric Chopin

Svetlana Beriosova, Violetta Elvin, Alicia Markova, John Field...

En direct
Certaines parties de ce programme sont actuellement inaccessibles
Casting Programme Œuvres et compositeurs Apparaît dans Plus d'infos

Casting

Svetlana Beriosova

Violetta Elvin

Alicia Markova

John Field

Lydia Sokolova — Répétitrice

Mikhail Fokine — Chorégraphe

Eric Robinson — Chef d'orchestre

Programme

Ce ballet était en fait une relecture de son chorégraphe, Michel Fokine, qui, plusieurs années auparavant, avait monté Chopiniana, où il rendait hommage aux ballets romantiques d'autrefois. L'ouvrage n'a pas de trame narrative – comme le dit Karsavina dans l'introduction, il s'agit d'une « rêverie romantique ». Son unique danseur masculin (John Field dans la présente version) joue le rôle d'un Poète. Le corps de ballet et les trois solistes féminines, Alicia Markova, Violetta Elvin et Svetlana Beriosova, ont des liens étroits avec les Ballets russes et la Russie.

Née en Angleterre, Alicia Markova était la benjamine des Ballets russes lorsqu'ils l'engagèrent en 1925, à l'âge de quatorze ans. Avec eux, elle interpréta aussi bien Les Sylphides que Giselle sur toutes les scènes du monde. Violetta Elvin (née Prokhorova) fut formée à l'École de danse du Bolchoï et se produisit avec la troupe avant de gagner l'Angleterre et d'intégrer le Sadler's Wells Ballet, où elle dansa jusqu'à la fin de sa carrière en 1956. Svetlana Beriosova naquit dans une famille vouée à la danse ; son père était le danseur, maître de ballet et metteur en scène Nicholas Beriozoff, qui avait travaillé en étroite collaboration avec Fokine aux Ballets russes de Monte Carlo à la fin des années 1930. La jeune Svetlana Beriosova étudia avec des professeurs qui avaient dansé dans la troupe de Diaghilev, et elle intégra le Royal Ballet dans les années 1950, devenant une ballerine très aimée. Jamais ceux qui la virent danser Lady Elgar dans les Variations Enigma de Frederick Ashton (1968) ne l'oublieront. Le corps de ballet, qui joue un rôle si important dans Les Sylphides, répéta avec une autre danseuse de Diaghilev, Lydia Sokolova, qui travailla avec sa troupe pendant de nombreuses années et fut d'ailleurs rebaptisée Sokolova par Diaghilev en personne – alors qu'elle était née en Angleterre sous le nom de Hilda Munnings.

Ces Sylphides sont le premier film d'un ballet complet tiré des archives de la BBC. Il faut se rappeler que dans les années 1950, la télévision émettait en noir et blanc, les enregistrements vidéo n'existaient pas encore, les studios étaient de taille réduite et que les caméras, truffée de valves, étaient aussi lourdes qu'encombrantes. Les effets spéciaux et la superposition d'une image sur l'autre que l'on voit dans les Les Sylphides présentées ici semblent très datés pour notre ère du tout numérique, mais leur efficacité demeure. Pour chaque film, les chorégraphes ont révisé la production scénique en vue du passage à l'écran – les groupements du corps de ballet et les entrées des solistes sont conçus pour la caméra. Dans Les Sylphides, par exemple, les danseurs entrent et sortent devant la caméra. Tout cela serait impossible sur scène, à cause de la fosse d'orchestre. Aucun document ne précise quel est l'ensemble orchestral qui jouait dans l'enregistrement des Sylphides, mais étant donné que le chef mentionné au générique est Eric Robinson, il s'agissait sans doute du BBC Television Orchestra.

En détail : œuvres et compositeurs

Apparaît dans

Plus d'info